Décembre 2017

Le temps file, file, et revoici déjà la saison festive. Au moment où nous écrivons ces lignes, le ciel est fort sombre sur Bordeaux, la froidure avance et l’on nous dit qu’il a neigé à Toulouse… Alors donc, fêtes et cadeaux, et quoi de mieux qu’offrir un livre ? Eh bien, offrir plusieurs livres, bien sûr !

Une de nos nouveautés récentes qui rencontre un joli succès et semble se vendre très vite est le Pierre-Fendre de Brice Tarvel. Dans un château immense emmitouflé d’un mystérieux magma fuligineux, trois groupes se lancent à travers des salles-territoires dont chacune abrite une des quatre saisons. Il y a dans Pierre-fendre à la fois des images puissantes, une aventure parfaitement menée, de l’humour, une générosité de vocabulaire, des personnages attachants… Un roman charnu, poétique, drôle et prenant, un texte fort et « grand public » au meilleur sens de l’expression.

Vous nous connaissez, nous sommes gourmands de beaux objets livres, et nous prenons même le luxe de produire de façon régulière des micro-tirages pour le plaisir bibliophilique. Il y en a toute une série encore listée au menu « Tirages limités ». Et en particulier, le tout dernier, Le Roi cornu, suivi de Dévoreur par Stefan Platteau, réunissant la longue nouvelle « Dévoreur » que nous avions publiée en petit volume cartonné, avec une version légèrement retouchée de la longue nouvelle « Le roi cornu », parue en anthologie, plus deux petits textes de commentaire en bonus, sur l’univers des Sentiers des Astres. Le tout sous une jaquette inédite de Melchior Ascaride pour compléter un bel écrin d’exception.

Un bien joli cadeau également : notre abonnement-souscription pour les 6 prochains mois. Une pré-commande exceptionnelle pour 6 de nos prochains romans, à paraître entre janvier et juin 2018… Vous recevrez ainsi ces nouveaux romans directement chez vous, et ces souscriptions sont réellement une aide non négligeable afin de soutenir notre maison d’édition dans son travail, en amont des parutions… avec pour vous, la garantie de découvrir 6 beaux romans au fil des mois !

Les beaux livres ne manquent pas, à notre catalogue, et c’est particulièrement le cas des quatre « artbooks féeriques » que nous venons de sortir, quatre explorations des œuvres et des vies de certains des plus grands illustrateurs du merveilleux et de la féerie. Arthur Rackham est sans doute le plus fameux d’entre eux, celui qui initia, des deux côtés de l’Atlantique, la tradition des grands et gros albums reprenant des textes classiques très largement illustrés : la fine fleur du conte et du merveilleux fut enluminée par ce grand maître, spécialiste des gnomes tordus, des arbres crochus et des couleurs fondues.

Novembre 2017

La fin d’année est déjà là, le temps file, et les affres des choix de cadeaux approchent à grand pas… Mais n’ayez crainte, un livre est toujours le meilleur des cadeaux et nous en avons plein notre hotte !

Ainsi de La Saison de la sorcière de Roland C. Wagner, redécouverte d’un roman impertinent, remuant et profondément joyeux : car Wagner avait la subversion de la joie, il osait sourire face à nos futurs et à nos présents pas très réjouissants… Un roman court et percutant, qu’il faut absolument redécouvrir, par un auteur disparu il y a 5 ans mais encore et toujours d’actualité, totalement. La communauté étrange qu’il met en scène dans ce roman, par exemple, préfigure les ZAD d’aujourd’hui. Remarquable, tendu, d’une imagination formidable : un concentré de talent. Un roman majeur, récompensé par les prix Rosny aîné et Bob Morane en 2004. [aussi dispo en numérique]

Nous poursuivons ce mois-ci notre série de « Artbooks féeriques », avec deux autres beaux petits volumes consacrés à des géants de l’illustration : Edmund Dulac et William Heath Robinson. Nous avons déjà publié dans la collection un volume sur l’immense Arthur Rackham, ainsi qu’un volume plus généraliste, Grands peintres féeriques, qui propose des présentations d’artistes du monde entier. Précurseurs, ils sont à l’origine de la vision féerique contemporaine. En 96 pages, à chaque fois un concentré de beauté, des sommets de l’art illustratif : un événement rare dans un domaine, l’illustration de l’imaginaire, qui est généralement boudé. Et voyez comme les choses sont bien faites, ce sont des cadeaux parfaits !

Et puis, vous nous connaissez, nous sommes gourmands… et nous aimons tellement les livres que, de temps à autre, nous produisons à tirage ultra limité quelques beaux petits volumes. En cette fin d’année, ça va être le cas pour l’un de nos auteurs « phare », Stefan Platteau : nous avons regroupé sa novella Le Roi cornu, seulement parue dans une anthologie et ici présentée dans une version inédite légèrement allongée et revue ; avec la novella Dévoreur, parue en petit format illustré. Avec en bonus un petit texte inédit de l’auteur sur la symbolique des astres dans cet univers ; et une compilation de réponses de l’auteur à diverses interviews. Plus des dessins de FredK et de Melchior Ascaride, sous une double illustration de jaquette inédite par ce dernier (une illus recto et une illus verso). Et hop : à temps pour les fêtes, un volume « hardcover », toilé, dans un tirage limité à 99 exemplaires exclusif à notre site !

Octobre 2017

Allons droit au but : nous vous avons préparé une fin d’année assez formidable, pensons-nous. Vous en jugerez sur pièces, mais en tout cas, nous avons réellement travaillé d’arrache-pied depuis des mois afin de sortir une série d’ouvrages qui nous tiennent vraiment très, très à cœur.

Sherlock Holmes aux Enfers : c’est le nouveau roman de Nicolas Le Breton, qui change encore de registre avec un roman alliant deux éléments apparemment très contradictoire : le chaos des Enfers et la froide logique de Sherlock Holmes. En effet, le grand détective du XIXe siècle se trouve aux Enfers après sa mort et est chargé d’une enquête sur des meurtres… Mais comment serait-il possible de tuer des gens aux Enfers, qui n’est pourtant peuplé que de morts ? C’est ce paradoxe qui fait trembler l’institution infernale sur ses bases, d’autant que des démons sont également visés par ces meurtres. Survolté, mené tambour battant, un roman court qui explore un imaginaire rarement abordé dans les littératures de genre, celui de la démonologie et autres superstitions séculaires. Accrochez-vous, ça secoue ! [version numérique disponible]

Amaz est un roman de Lisa Goldstein, autrice américaine dont nous avons déjà publié en janvier dernier le très beau « Sombres cités souterraines ». Cette fois, en format poche sous le label Hélios, nous vous proposons la réédition d’un roman paru il y a longtemps chez Denoël (1991) sous le titre « Touristes ». Lisa Goldstein livre avec Amaz un roman au merveilleux puissant, et même étourdissant. Plutôt que le rattacher à la « fantasy urbaine », on pourrait tout aussi bien le qualifier de « réalisme magique », comme la plupart des œuvres de Lisa Goldstein. À travers les yeux et la culture d’une jeune fille américaine, l’on découvre une grande cité orientale où la magie est subtile mais réelle, où le réel s’ancre à la fois dans les Mille et une nuits et dans les conflits contemporains.

Et puis alors, l’événement, le lancement sur lequel nous avons sué durant des mois : une collection de quatre livres d’illustration, beaux et pas chers. L’idée est née lorsque nous préparions l’iconographie du Panorama de la fantasy. Un ami graphiste nous avait ouvert sa collection et devant la multitude de documents, nous avons commencé à cogiter… Et si l’on essayait un jour de prolonger le Panorama avec quelques recueils des grands illustrateurs du merveilleux ? Un an plus tard, les voici : pour octobre, un volume sur l’immense Arthur Rackham, artistes incontournable et génial de toute l’imagerie de la fantasy, et un volume généraliste sur les Grands peintres féeriques, qui propose des présentations d’artistes du monde entier. Précurseurs, ils sont à l’origine de la vision féerique contemporaine. En 96 pages, à chaque fois un concentré de beauté, des sommets de l’art illustratif. Et voyez comme les choses sont bien faites, justement on va entrer dans l’époque des cadeaux ! (À suivre : en novembre sortiront les deux autres volumes, sur Dulac et Robinson)

 

Septembre 2017

Allons, allons, séchez vos larmes : certes c’est la rentrée, mais nous avons tant et tant de bonnes choses à vous faire lire !

Il y a par exemple Espérer le soleil de Nelly Chadour : Staline ayant déclenché l’enfer nucléaire, le monde en 1951 survit difficilement, sous la chape de nuages qui le plonge dans une nuit et un hiver presque perpétuels. C’est l’hiver nucléaire, et dans les ombres continues des monstres sont apparus, les créatures des mythes que l’on croyait imaginaires : vampires, fantômes, monstres de toutes sortes… Autrice ayant fait ses premières armes chez les micro-éditeurs Trash et Le Carnoplaste, Nelly Chadour a attiré notre attention par sa plume virulente, robuste, très évocatrice et très actuelle. [titre également disponible en numérique]

Et puis, Malheur aux gagnants. Vous connaissez déjà Julien Heylbroeck comme auteur chez ActuSF du très psychédélique Stoner Road. La veine principale de cet auteur angevin est cependant plutôt à chercher du côté des « pulps », de la littérature populaire et du roman-feuilleton, ainsi que de celui des films de série B et Z. L’auteur a peaufiné durant plusieurs années ce court roman, qui nous plonge véritablement dans les années trente, avec une belle véracité de ton. Mais ce n’est pas tout : roman policier fortement teinté de fantastique, ou de science-fiction puisque le « méchant » de l’histoire est une sorte de savant fou, il s’agit avant tout d’un récit drôle, enlevé, d’une puissante atmosphère et d’un imaginaire échevelé. [titre également disponible en numérique]

Du coté du poche, voici venir Fragments de l’âge ancien, un recueil où Nathalie Dau lève le voile, par petites touches, sur les événements situés en amont de son cycle « Le Livre de l’Énigme », et prolonge l’enchantement des romans Source des tempêtes et Bois d’Ombre déjà tant salués. [titre également disponible en numérique]

Une réédition : pièce majeure de notre catalogue, le recueil Janua Vera de Jean-Philippe Jaworski venait d’être épuisé — nous le ressortons donc en format souple, avec dos et rabats en aplat de couleur, pour aller avec l’édition actuelle de Gagner la guerre. [titre également disponible en numérique]

Et puis enfin, vous nous connaissez, nous sommes gourmands… et nous aimons tellement les livres que, régulièrement, nous produisons à tirage ultra limité quelques beaux petits volumes. Notamment lorsqu’un projet nous arrive qui, pour être séduisant, ne trouverait vraiment pas sa place en librairie : l’anticipation ancienne, par exemple. Alors lorsque l’érudit Fabrice Mundzik nous a proposé de sortir un roman publié en feuilleton en 1898, Le Monde du vingt-cinquième siècle de Charles Kymrell, qui n’est jamais paru en volume depuis et pèse plus d’un million de signes… Eh bien, nous avons décidé d’en faire un tirage de luxe, pour le plaisir du texte, pour que ce projet existe un peu et de jolie manière.