Dédicaces

Cette fois, on dirait bien que le monde s’ouvre à nouveau… Ce samedi 12 juin, petit-déjeuner avec des éditeurs chez la librairie Georges (Talence), en présence d’Erwan Cherel et André-François Ruaud des Moutons électriques. Le vendredi 18 juin à 19h30, dédicace de Daylon pour son roman Mécaniques sauvages (Courant alternatif) chez Charybde (Paris). Et le vendredi 25 juin à partir de 19h, c’est la fiesta à Conflans-Saint-Honorine (sur le quai des Martyrs de la Résistance), avec dédicaces de Melchior Ascaride, Nelly Chadour, Alex Nikolavitch et Nicolas Texier !

Juin 2021

Juin déjà et soudain une lueur de vie normale semble briller à nouveau devant nos yeux… Sortirons-nous de ce long tunnel de bientôt dix-huit mois ? En tout cas, les Moutons électriques font de leur mieux pour l’éclairer de soleil et d’espoir pendant vos lectures. Cette année demeure pour nous celle des «  écotopies  », des fictions se projetant dans des sociétés alternatives, pacifistes et écologistes !

Notre grand titre dans cette voie : Lisière du Pacifique, un roman inédit de Kim Stanley Robinson, incontournable auteur best-seller de la science-fiction. Dans un monde qui s’emploie à redécouvrir l’harmonie avec la nature, la petite ville d’El Modena, en Californie, revêt l’aspect d’une utopie sociale et écologique. Pourtant, Kevin Claiborne, jeune architecte et constructeur qui a grandi dans ce monde plus vert, est impliqué dans une lutte afin de préserver la vie équilibrée de sa communauté en proie aux tentations d’exploitation et de corruption. Entre polar, projection politique et science-fiction utopiste, un jalon important dans l’œuvre de Kim Stanley Robinson et un roman majeur de la fiction écologiste.

Non content d’inscrire le nom fameux de Robinson à notre catalogue, nous y ajoutons ce mois-ci celui de LA grande dame des lettres spéculatives : Ursula Le Guin. L’Œil du héron rejoint la collection de poche Hélios, un court roman peu connu dans lequel deux modèles sociaux, dont l’un utopiste, s’affrontent sur le thème de l’Éternel Retour.

Chez nous, juin fête aussi le polar : avec tout d’abord un beau pavé de 976 pages par Jean-Philippe Depotte, Les Fantômes du Nouveau siècle, réunissant rien moins que 4 romans (dont deux inédits) et une nouvelle (inédite également), dans le Paris 1900 de l’Exposition universelle. Caustique, fantastique et plein de suspense, du polar destiné aux amateurs des « Grands détectives » de 10/18.

Et puis le retour d’un « long seller » de notre catalogue, l’anthologie des Détectives rétro : 13 nouvelles issues de sources rares, datant de l’âge d’or du roman policier. De nombreux détectives marchèrent sur les traces de Sherlock Holmes à cette époque, mais afin de s’en distancier et marquer leur originalité, leurs caractéristiques se firent de plus en plus excentriques. Naquirent ainsi des détectives de l’étrange ! (chasseurs de fantômes et de crimes impossibles), des détectives ferroviaires, des détectives milliardaires, des détectives ratés, des détectives cambrioleurs…)

Mai 2021

Avant cette crise inouïe, nous pensions déjà faire évoluer nos publications, en rêvant d’un monde meilleur et en participant à sa construction… Nos livres s’engageaient déjà dans le sens d’un nouveau monde, mais les épreuves traversées nous confortent dans nos choix de changements et plus que jamais nous souhaitons que s’écrive un imaginaire fructueux et progressiste. Cette année est pour nous celle des « écotopies », des fictions se projetant dans des sociétés alternatives, pacifistes et écologistes !

Et notre grand titre pour cela, c’est un roman inédit de Kim Stanley Robinson, incontournable auteur best-seller de la science-fiction, pour l’inédit Lisière du Pacifique. Dans un monde qui travaille à redécouvrir l’harmonie avec la nature, la petite ville d’El Modena, en Californie, prend l’aspect d’une utopie sociale et écologique. Entre polar, projection politique et science-fiction utopiste, un jalon important dans l’œuvre de Kim Stanley Robinson et un roman majeur de la fiction écologiste.

Nous déclinons aussi ce besoin d’utopie dans deux poches Hélios : Transit de Pierre Pelot était épuisé depuis fort longtemps et nous le tenons pour une œuvre majeure : la mise en scène d’une utopie écologiste, à travers le voyage d’un amnésique. Proche des romans de Christopher Priest, en particulier de Futur intérieur, on y distingue le même doute sur la réalité et une confrontation entre un présent totalitaire et un univers parallèle projetant un modèle écologique de société.

Et Michel Jeury dans L’Univers-Ombre décrit d’une manière saisissante et peut-être prophétique, une autre vie, possible tout de suite : énergies douces, écologie pratique et utopies réalisables, Michel Jeury met son immense talent au service d’un monde plus juste où l’idée autogestionnaire est développée concrètement. Un roman solaire, à la fois lyrique et profond.

Paru en début d’année, La Ville peu de temps après, de Pat Murphy (trad. Patrick Marcel) est une autre de ces fictions qui osent rêver positivement : San Francisco, après l’apocalypse. Dans la grande cité californienne, des artistes se sont forgés leur propre société, qui tend vers l’utopie — mais de l’autre côté de la Baie, des militaires s’agitent, décidés à mater ces doux rêveurs. Il va falloir lutter avec ses rêves — et peut-être avec l’aide de la ville elle-même.

Courant alternatif

L’éditeur prend la parole
Présentation du projet éditorial par Mérédith Debaque

La littérature entame un dialogue entre l’écrivain et le lecteur, Courant alternatif veut l’ouvrir à de nouveaux interlocuteurs libérés des étiquettes.
Nous voulons une littérature qui s’extirpe du consensus mou, qui s’affranchit de la croyance en un juste milieu, lequel concilierait en un point vague la rencontre entre les idéaux contradictoires. Nous souhaitons de nouvelles voix incisives pour alimenter nos esprits et, en oubliant de ménager la sensiblerie, qu’elles bousculent notre sensibilité.
Courant alternatif vous propose une littérature engagée et enragée, la réalité ailleurs ou demain. Le début d’un dialogue intègre, idéaliste et humaniste au cours d’incursions vers des horizons étrangers, de visions intérieures des cultures méconnues et, toujours, d’instants de lecture jouissifs et captivants.

[Paradis année zéro]
Christophe Gros-Dubois renverse les dominations. Quand une catastrophe inexpliquée ravage les domiciles confortables des banquiers et grands bourgeois, les taudis du quartier noir, épargnés, se métamorphosent soudain en précieux refuges. L’enjeu annonce une guerre de territoire féroce, mais la communauté noire organise la résistance contre le capital avec à sa tête un champion de boxe déchu et une cascadeuse cynique. L’auteur transpose son combat dans un récit bourré de punch, la lutte des opprimés face au racisme institutionnalisé.

[Aquariums]
J.D. Kurtness nous embarque dans le voyage de sa mémoire. Réunis sur un navire pour sauver le monde du désastre écologique, des scientifiques sont rattrapés, l’ancre à peine levée, par une pandémie qui dévaste l’humanité. Parmi eux, l’héroïne, seule dans l’immensité, submergée par les rafales du souvenir, le souvenir de son enfance, le souvenir de ses ancêtres Ilnus, le souvenir de son peuple perdu dans les eaux glacées du Québec. Tel un océan, l’écriture de l’autrice originaire des Premières Nations, possède à la fois la sérénité d’une mer calme et la violence d’un ouragan.

[La Force de l’eau] (trad. Lise Capitan)
Jayaprakash Satyamurthy ouvre notre regard sur l’Inde. Dans un pays immense, complexe, qui oscille entre modernité et tradition, entre liberté et fascisme, un couple d’étudiants, une femme et un homme, échange leurs corps et leurs esprits en quête de délivrance. La dureté de l’existence cédera comme le rocher cède au torrent, la force de leur union parviendra à les propulser vers d’autres possibles. Un roman puissant sur la fluidité des genres et la place de l’espoir dans une société au bord du fascisme.

[Mécaniques sauvages]
Entrez avec Daylon dans Paris parmi les archétypes incarnés d’un monde métaphysique. La réalité elle-même est une forêt de symboles, ou plutôt un désert. Perdue dans des sables infinis, forteresse solitaire, Paris est assiégée de l’intérieur par des troubles politiques. Quand le peuple se soulèvera, il n’aura pas de mal à trouver la plage sous les pavés. Expérimentation littéraire et fiction politique, l’auteur interroge la nature humaine et le réel, et s’inquiète du danger de suivre des idoles de chair ou sacrées.

Quand j’ai créé Courant alternatif, je désirais éditer des romans différents, des récits qui osent sans s’effrayer de leur idéalisme. Je veux que chaque récit soit essentiel. Pour respecter la résolution que je me suis promise, ne pas publier pour publier, les parutions seront rythmées par nos découvertes. Courant alternatif restera exigeant.