C’est la rentrée !

Venez donc nous voir : le 12 septembre, nous allons fêter la rentrée, à Paris (bar médiéval Les Caves Alliées, 44 rue Grégoire de Tours dans le 6e). Avec rien moins que quatre auteurs : Raphaël Granier de Cassagnac pour « Thinking Eternity » (aux éditions Mnémos), Nicolas Nova et Alex Nikolavitch pour leurs essais « Futurs ? » et « Cosmonautes ! » (Les Moutons électriques) et Laurent Whale pour « Les Pilleurs d’Âmes » (Hélios). Et non seulement ils y aura des dédicaces, mais aussi quelques livres issus de nos stocks à vous offrir si vous faites des achats sur place. Ce sera à partir de 19h, pour une belle soirée SF. Viendez !

10534811_364910476993681_3782227968439696904_o

Septembre 2014

C’est la rentrée, c’est la rentrée ! Et en bons élèves, les Moutons électriques sont déjà prêts pour une fin d’année passionnante, avec rien moins que quatre nouveautés.

Septembre marque le retour à notre catalogue de l’un de nos titres phares : Hayao Miyazaki, cartographie d’un univers, dans sa version en couleur… mais complété d’encore 8 pages, où les deux auteurs couvrent l’ultime film du maître japonais.

En parallèle de Futurs? de Nicolas Nova, qui étudie les nouvelles pistes que notre imaginaire explore pour penser l’avenir (paru fin août), Alex Nikolavitch brosse le tableau dans Cosmonautes! de toute l’histoire d’un imaginaire, celui de l’exploration spatiale. La science-fiction est toujours là, même si elle se déploie désormais vers des horizons parfois inattendus, et nos essayistes continuent d’en scruter les lignes de force, les grands thèmes et les grandes figures — comme celle du cosmonaute, le conquérant de l’espace.

Le monde du crime et du polar fait également pleinement partie du spectre des genres couverts par les Moutons électriques depuis leurs débuts, avec la Bibliothèque rouge, et pour son 26e volume cette collection revient sur les traces du plus grand des mythes criminels : Jack l’Éventreur ! Jack l’Éventreur, les morts d’André-François Ruaud & Julien Bétan est le livre de référence idéal sur cette sombre affaire, ses tenants et ses aboutissants, et brosse le portrait halluciné de la Londres victorienne de l’East End. Jack l’Éventreur : des crimes réels mais un criminel fictif.

Nous proposons dans la collection de poche Hélios la traduction d’un roman inédit de Thomas Burnett Swann (1928-1976), le grand écrivain américain de fantasy mythologique, qui tisse avec Plus grands sont les héros un roman touchant et captivant sur la base d’éléments bibliques revus à la lumière enchantée du pouvoir des mythes. Par Patrick Marcel, le traducteur du Trône de fer.

Enfin, sur le front du numérique, deux rééditions de notre fonds arrivent : le « weird west » pulp de Lon T. Williams, Lee Winters shérif de l’étrange, et la superbe uchronie de Michel Pagel, Orages en terre de France.

Sur une note beaucoup plus triste, nous devons saluer l’une de nos fidèles, l’illustratice aixoise Michelle Bigot, qui vient de disparaître, le 25 août dernier, à l’âge de 85 ans.

Adieu Michelle

Lectrice-chatNous avons la grande tristesse d’annoncer la disparition d’une fidèle des Moutons électriques, l’illustratrice aixoise Michelle Bigot, à l’âge de 85 ans. Elle s’est éteinte lundi 25 août 2014. Autodidacte, ayant découvert le dessin sur ordinateur après sa retraite, Michelle Bigot avait débuté dans l’abstraction avant de se diriger plutôt vers du figuratif, sous l’impulsion en particulier des possibilités de publication chez les Moutons électriques. Elle avait notamment réalisé la quasi totalité des frontispices de la « Bibliothèque rouge » (y compris celui du récent Jeunes détectives, les vies, préparé de longue date), les couvertures de Chimère de Mary Rosenblum et du catalogue 2011-12, et des illustrations pour les Dico féerique. Elle avait aussi publié quelques couvertures et illustrations chez d’autres éditeurs. Son départ est une perte douloureuse pour notre maison et toutes nos pensées vont vers sa famille, notamment son mari Jacques Bigot, lui-même peintre de talent. Nous sommes infiniment fiers d’avoir publié Michelle, et qu’elle ait été durant ces dix années une proche de notre maison. L’avoir rencontrée, aussi tardivement que ce fut, aura été l’une des très belles occasions offertes par notre aventure éditoriale.