Le plein de salons

Un petit « point » spécial afin de vous parler un peu de tous les salons sur lesquels nous sommes présents… Car après Tours, Auxerre, Bruxelles, Paris, Bordeaux, Montrouge et Mons… nous allons être présents avec nos auteurs à :

Japan Geek Touch, à Lyon les 22 et 23 avril, avec Julien Bétan, Mathieu Rivero et Nicolas Le Breton en signature.

Les Intergalactiques de Lyon, les 29 et 30 avril, avec Stefan Platteau, Alex Nikolavitch et Raphaël Colson chez le libraire et Eva Simonin, Nicolas Le Breton et Julien Bétan sur notre stand.

Nice Fiction du 28 au 30 avril, Nathalie Dau, Timothée Rey et Estelle Faye chez le libraire du salon.

Futuriales d’Aulnay-ss/bois, 29 avril, Chloé Chevalier chez le libraire du salon.

Le Salon Fantastique, à Paris du 6 au 8 mai, avec Eva Simonin, Jean-Claude Marguerite, Melchior Ascaride, Julien Bétan, Alex Nikolavitch et Nathalie Dau.

Et bien entendu, les Imaginales, à Épinal, du 18 au 21 mai, avec
Christine Luce, Estelle Faye, Stefan Platteau, Jean-Philippe Jaworski, Xavier Mauméjean, Johan Heliot, Melchior Ascaride et Mathieu Rivero chez les libraires et sur notre stand Alex Nikolavitch et Julien Bétan.

Salon Escale du Livre Bordeaux

La saison des salons se poursuit ! Venez nous voir du
sur le stand des Indés de l’imaginaire dans le cadre de la 15e Escale du Livre de Bordeaux, place Renaudel, quartier Ste Croix. Signatures de G. D. Arthur, Patrick Marcel et Laurent Queyssi.

Salon Livre Paris

Avis à la population : cette année c’est carrément une quarantaine d’auteurs qui vous attendent en dédicace sur les stands des Indés de l’imaginaire, dans le cadre du salon du livre de Paris, on vous gâte ! Venez, venez, stands S36 et S42, de jeudi soir à lundi ! Des tonnes de dédicaces, une conférence sur Lovecraft (vendredi amtin), un pot des éditeurs (vendredi soir), une émission sur France Culture (« Mauvais genres » samedi soir), le lancement officiel de Tout au milieu du monde (dimanche)… C’est l’événement à ne pas manquer de la saison.

No automatic alt text available.

Japon ! par Julie Proust Tanguy

Début mai, nous lançons un nouveau financement participatif, un projet un peu fou comme nous seuls (et nos amis du collectif Les Indés de l’Imaginaire​) en avons le secret. Imaginez : un beau livre en grand format, comparable au « Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux », mais qui évoquerait cette fois l’incroyable et florissante culture de l’imaginaire japonais…

En attendant, pour justement faire travailler votre imagination, Julie Proust Tanguy, l’autrice, vous raconte sa passion… Aujourd’hui, elle évoque l’origine de son amour pour le Japon

***

À l’origine de chacun de mes essais, il y a une passion qui me poursuit depuis l’enfance. Pirates! et Sorcières! proviennent de mes jeux enfantins et de ma tendresse précoce pour les marginaux, les exclus de l’Histoire officielle.
Mon Antiquité Romaine est le reflet d’un de mes bonheurs quotidiens, transmettre les joies du latin et de la civilisation romaine à mes élèves (je fais en effet partie de cette belle espèce en voie d’extinction, les professeurs de lettres classiques).
Et le Japon, me direz-vous ? Là encore, la fascination remonte à l’enfance… et aux douces heures passées, dans les années 80-90, à rêver de cosmo-énergie, d’Arcadia, de prisme lunaire, de boules de cristal, de mechas et de cyborgs-fillettes, de sources magiques qui me permettraient de réaliser un de mes plus grands rêves (me transformer en panda) et d’ombres qui filent dans la nuit (c’est un assassin qui s’enfuit)…
À ces amours enfantines se sont rajoutés, ado, une véritable passion pour la poésie incomprise des kaiju eiga, la découverte simultanée de deux cinéastes aux univers contrastants mais curieusement complémentaires (Kitano et Kurosawa) et d’auteurs singuliers, qui chahutaient ma vision de la beauté et du roman (Kawabata, notamment), la redécouverte de Miyazaki dont j’avais vu et osé oublier le Porco Rosso…
Je pourrais énumérer longuement ces multiples rencontres qui ont ponctué mon parcours nippophile, mais ce serait déjà écrire, sur un modeste écran de téléphone, ce qui en est l’aboutissement: l’envie profonde de transformer ces fascinations en livre. Le besoin de transcrire mon Japon, si j’ose dire, et de le donner à voir, à travers mes photographies, à ceux qui n’ont pas encore eu la chance de pouvoir s’offrir des billets d’avion vers le pays de leur cœur et à ceux qui, l’ayant vu, sont comme moi éternellement nostalgiques, désireux de retourner là bas, pour comprendre, encore et toujours plus, leur fascination.

Julie Proust Tanguy