Décembre 2017

Le temps file, file, et revoici déjà la saison festive. Au moment où nous écrivons ces lignes, le ciel est fort sombre sur Bordeaux, la froidure avance et l’on nous dit qu’il a neigé à Toulouse… Alors donc, fêtes et cadeaux, et quoi de mieux qu’offrir un livre ? Eh bien, offrir plusieurs livres, bien sûr !

Une de nos nouveautés récentes qui rencontre un joli succès et semble se vendre très vite est le Pierre-Fendre de Brice Tarvel. Dans un château immense emmitouflé d’un mystérieux magma fuligineux, trois groupes se lancent à travers des salles-territoires dont chacune abrite une des quatre saisons. Il y a dans Pierre-fendre à la fois des images puissantes, une aventure parfaitement menée, de l’humour, une générosité de vocabulaire, des personnages attachants… Un roman charnu, poétique, drôle et prenant, un texte fort et « grand public » au meilleur sens de l’expression.

Vous nous connaissez, nous sommes gourmands de beaux objets livres, et nous prenons même le luxe de produire de façon régulière des micro-tirages pour le plaisir bibliophilique. Il y en a toute une série encore listée au menu « Tirages limités ». Et en particulier, le tout dernier, Le Roi cornu, suivi de Dévoreur par Stefan Platteau, réunissant la longue nouvelle « Dévoreur » que nous avions publiée en petit volume cartonné, avec une version légèrement retouchée de la longue nouvelle « Le roi cornu », parue en anthologie, plus deux petits textes de commentaire en bonus, sur l’univers des Sentiers des Astres. Le tout sous une jaquette inédite de Melchior Ascaride pour compléter un bel écrin d’exception.

Un bien joli cadeau également : notre abonnement-souscription pour les 6 prochains mois. Une pré-commande exceptionnelle pour 6 de nos prochains romans, à paraître entre janvier et juin 2018… Vous recevrez ainsi ces nouveaux romans directement chez vous, et ces souscriptions sont réellement une aide non négligeable afin de soutenir notre maison d’édition dans son travail, en amont des parutions… avec pour vous, la garantie de découvrir 6 beaux romans au fil des mois !

Les beaux livres ne manquent pas, à notre catalogue, et c’est particulièrement le cas des quatre « artbooks féeriques » que nous venons de sortir, quatre explorations des œuvres et des vies de certains des plus grands illustrateurs du merveilleux et de la féerie. Arthur Rackham est sans doute le plus fameux d’entre eux, celui qui initia, des deux côtés de l’Atlantique, la tradition des grands et gros albums reprenant des textes classiques très largement illustrés : la fine fleur du conte et du merveilleux fut enluminée par ce grand maître, spécialiste des gnomes tordus, des arbres crochus et des couleurs fondues.

Amaz… par Jo Walton !

Jo Walton n’est pas seulement la grande écrivain que l’on connaît maintenant bien, elle est également une lectrice et chroniqueuse formidable. Et il y a quelques années, elle disait tout le bien qu’elle pensait de Amaz, le superbe roman de Lisa Goldstein qui vient juste de ressortir en poche Hélios :

« a fantasy novel that perfectly captures the experience of being in a foreign country where you only sort-of speak the language and everything is strange. It made me think how astonishing it is that most people thrust into fantasy worlds cope so well and without any of this feeling of only half-getting what is going on and missing the significant subtext. Of course, (…) some of what’s going on is magic, but only some of it. A lot of it has to do with Amaz’s history and current affairs. Also, Amaz is much more genuinely strange than most fantasylands. (…) She makes Amaz work as authentically foreign, and she makes it work in its foreignness, she captures that experience so well, the culture itself is made up, the ways in which it is foreign are universal. I expect everyone has had the experience of being in a foreign country and finding the things that are the same as strange as the things that are utterly different, because of the different context, and of finding something that seems the same on the surface but which turns out not to be. Goldstein takes those universal moments and runs them through the novel.
For the people of Amaz, it’s business as usual. If your wife turns into a bird, that’s a pity; if you find a magic sword that’s nice. The very architecture and layout of the city are reflecting a struggle, and they take that for granted. One side uses jagged script and the other rounded script, and the struggle is reflected in the graffiti. Like a lot of things it’s clear to them even if it’s invisible to tourists. Goldstein invites the reader to consider both points of view, and the book is much richer for that. (…) »

Novembre 2017

La fin d’année est déjà là, le temps file, et les affres des choix de cadeaux approchent à grand pas… Mais n’ayez crainte, un livre est toujours le meilleur des cadeaux et nous en avons plein notre hotte !

Ainsi de La Saison de la sorcière de Roland C. Wagner, redécouverte d’un roman impertinent, remuant et profondément joyeux : car Wagner avait la subversion de la joie, il osait sourire face à nos futurs et à nos présents pas très réjouissants… Un roman court et percutant, qu’il faut absolument redécouvrir, par un auteur disparu il y a 5 ans mais encore et toujours d’actualité, totalement. La communauté étrange qu’il met en scène dans ce roman, par exemple, préfigure les ZAD d’aujourd’hui. Remarquable, tendu, d’une imagination formidable : un concentré de talent. Un roman majeur, récompensé par les prix Rosny aîné et Bob Morane en 2004. [aussi dispo en numérique]

Nous poursuivons ce mois-ci notre série de « Artbooks féeriques », avec deux autres beaux petits volumes consacrés à des géants de l’illustration : Edmund Dulac et William Heath Robinson. Nous avons déjà publié dans la collection un volume sur l’immense Arthur Rackham, ainsi qu’un volume plus généraliste, Grands peintres féeriques, qui propose des présentations d’artistes du monde entier. Précurseurs, ils sont à l’origine de la vision féerique contemporaine. En 96 pages, à chaque fois un concentré de beauté, des sommets de l’art illustratif : un événement rare dans un domaine, l’illustration de l’imaginaire, qui est généralement boudé. Et voyez comme les choses sont bien faites, ce sont des cadeaux parfaits !

Et puis, vous nous connaissez, nous sommes gourmands… et nous aimons tellement les livres que, de temps à autre, nous produisons à tirage ultra limité quelques beaux petits volumes. En cette fin d’année, ça va être le cas pour l’un de nos auteurs « phare », Stefan Platteau : nous avons regroupé sa novella Le Roi cornu, seulement parue dans une anthologie et ici présentée dans une version inédite légèrement allongée et revue ; avec la novella Dévoreur, parue en petit format illustré. Avec en bonus un petit texte inédit de l’auteur sur la symbolique des astres dans cet univers ; et une compilation de réponses de l’auteur à diverses interviews. Plus des dessins de FredK et de Melchior Ascaride, sous une double illustration de jaquette inédite par ce dernier (une illus recto et une illus verso). Et hop : à temps pour les fêtes, un volume « hardcover », toilé, dans un tirage limité à 99 exemplaires exclusif à notre site !