Découvrir la savanture

En ce mois de janvier, les Moutons électriques donnent dans la « savanture », c’est-à-dire l’esthétique ancienne de l’anticipation française, telle qu’elle existait avant l’arrivée de l’imagerie américaine de la science-fiction.

Et pour cela, j’ai choisi de rééditer deux romans bien précis, auxquels je tenais plus particulièrement : le diptyque du Prisonnier de la planète Mars, de Gustave Le Rouge, et La Cité des ténèbres, de Léon Groc. Pourquoi ceux-là, au sein du flot de l’anticipation ancienne ? Il s’agit d’une affaire d’enfance. Car figurez-vous que la science-fiction, c’est par ces deux romans que je l’ai découverte. Eh oui, avant que de prendre connaissance des traductions de l’américain, le hasard mena l’adolescent que j’étais vers ces précurseurs français de l’imaginaire spéculatif. Il faut dire qu’à l’époque, au début des années 70, le terme de « science-fiction » n’était pas encore très connu. Mais déjà, j’avais discerné qu’il y avait là une sorte de nébuleuse thématique qui m’attirait plus particulièrement. Et ce fut avec ces romans de Le Rouge et de Groc que j’ai réalisé cela en tout premier.

Je me trouvais en vacances dans le Berry chez mon arrière-grand-mère, qui possédait une bonne quantité de reliures de revues anciennes : je me suis donc plongé, sans idées préconçues, dans l’imaginaire du passé — les bandes dessinées des Pieds Nickelés, de Bibi Fricotin ou du canard Oscar, les romans à suivre de la revue Je Sais tout (dont en particulier les Arsène Lupin, bien entendu) et la revue pour la jeunesse Le Journal de bébé… avec dans ce dernier, en feuilleton, le roman La Cité des ténèbres de Léon Groc. Ce récit d’une plongée sous la mer Méditerranée, dans des cavernes immenses et inconnues recelant toute une vie mystérieuse, m’impressionna fortement. Véritablement, ce fut mon premier « déclic » science-fictif, l’ouverture à un imaginaire.

Ensuite, désireux de retrouver ce type de récits, je découvris les Bob Morane d’Henri Vernes, Les Conquérants de l’impossible de Philippe Ébly, La Machination de Christian Grenier, les Cheyenne 6112 de William Camus & Christian Grenier, et puis… sous la forme de deux poches de chez 10/18 achetés par un oncle, Le Prisonnier de la planète Mars de Gustave Le Rouge. Éblouissement ! La folie de cette histoire, son complot de fakirs, l’arrivée sur Mars et la scène des marrons d’eau, les horreurs vampiriques en empilement… Quel choc, quel plaisir !

Un tout petit peu après, je découvris Le Péril bleu de Maurice Renard, et puis arriva Jacques Sadoul : avec ses petits sujets dans une émission pour la jeunesse à la télévision (« Gens de la Terre bonjour ! » commençait-il d’une voix nasillarde), où il vantait sa propre production chez J’ai Lu — À la poursuite des Slans de Van Vogt, que je convainquis mon paternel de m’acheter alors que le titre paraissait dans le flot de la littérature pour les adultes ; et puis l’emprunt par un copain de l’histoire de la SF moderne par ledit Sadoul, qui devint ma bible. Le pli de la SF américaine fut pris… mais jamais je n’ai oublié le double choc du Groc et du Le Rouge, et les relire me laisse chaque fois admiratif. Quels bouquins ! Il fallait vraiment que je leur donne de belles éditions, dans ma propre maison, cela s’imposait — en quelque sorte, par fidélité envers mon propre passé, et par hommage à cet immense pan de notre culture, qu’il faut redécouvrir.

Janvier 2022

En ce mois de janvier, les Moutons électriques ont à cœur de rendre hommage à un courant particulier et fondateur de la science-fiction, courant que Boris Vian appela jadis la « savanture ». Cette rétrofiction toute francophone, à la fois littéraire et populaire, mêlait adroitement un émerveillement pour la science, annonciatrice de futurs radieux, et un amour pour la grande aventure.

Voici donc Le Prisonnier de la planète Mars de Gustave Le Rouge, chef-d’œuvre de l’imaginaire martien, dans une édition de luxe regroupant les deux pans de ce merveilleux diptyque rouge, dans leurs versions intégrales et revues (à l’époque, certes) par l’auteur, le tout agrémenté de nombreuses gravures d’époque. Sous couverture rigide, dos semi-toilé marqué à chaud, vernis et tout en impression rouge, nous remettons cette pierre angulaire de la science-fiction dans un écrin qu’elle mérite.

La Cité des ténèbres de Léon Groc (en poche Hélios) lui emboîte le pas, sorte de roman-somme de la savanture dans lequel une expédition souterraine découvrira, sous la Méditerranée, de bien curieuses grottes. Géologie impossible, dinosaures, lacs géants et civilisations perdues, rien n’est oublié pour vous faire connaître le frisson de l’aventure. À noter qu’il s’agit quand même du 200e numéro de la collection, et qu’il inaugure une refonte complète de la maquette !

Enfin, le dernier, et non le moindre, de notre trio de parutions savanturières : L’Équilibre des paradoxes de Michel Pagel. Indisponible depuis trop longtemps, ce roman – pour certains, le meilleur de l’auteur –, rejaillit enfin des abîmes du temps ; un rebondissement de circonstance pour ce récit de voyage et de paradoxes temporels. Comme les Français le font parfois dans un accès de frénésie créatrice, Michel Pagel réunit dans la France de la Belle Époque des extraterrestres, des cyborgs, des Huns, des doubles, au milieu d’un chaos temporel et spatial qui prend la forme d’une enquête. Nous sommes à la fois fiers et heureux de republier ce roman pour lequel, s’il fallait un ultime argument pour vous convaincre, Michel Pagel a reçu le prix Rosny aîné et le prix Julia Verlanger, excusez du peu.

Et puis c’est l’occasion, forcément, de remettre en avant le beau-livre Merveilleux scientifique d’un grand spécialiste de la savanture, le collectionneur Jean-Luc Boutel, Le plein de belles images, rares et sélectionnées avec amour, pour un prix modique.

Bonnes fêtes !

Bookaholic, allons donc ?! Mais point du tout, les livres c’est la vie, la thérapie par les livres est la meilleure des médecines. On n’a jamais trop de livres, allez, c’est une certitude. Passez de très bonnes fêtes et lisez bien !

Bientôt janvier ?

Quels grands malades, ces éditeurs : c’est pour eux, ces accros aux livres, un plaisir toujours renouvelé que de recevoir un mois ou un mois et demi à l’avance les premiers exemplaires de leurs prochaines nouveautés, en provenance directe de chez leur imprimeur, et ce sont des Ooooh et des Aaaah de plaisir. Ainsi ce matin de deux ouvrages de janvier, notre « mois de la savanture » : le relié toilé rouge du dyptique martien de Gustave Le Rouge et le broché brun du steampunk primé de Pagel… Ooooh, aaaah, ils sont beaux !