Salon Livre Paris

Avis à la population : cette année c’est carrément une quarantaine d’auteurs qui vous attendent en dédicace sur les stands des Indés de l’imaginaire, dans le cadre du salon du livre de Paris, on vous gâte ! Venez, venez, stands S36 et S42, de jeudi soir à lundi ! Des tonnes de dédicaces, une conférence sur Lovecraft (vendredi amtin), un pot des éditeurs (vendredi soir), une émission sur France Culture (« Mauvais genres » samedi soir), le lancement officiel de Tout au milieu du monde (dimanche)… C’est l’événement à ne pas manquer de la saison.

No automatic alt text available.

Lovecraft à l’honneur

Le 15 mars 1937 s’éteignait à Providence l’immense écrivain H. P. Lovecraft : il y a exactement 80 ans. En ce mois de mars 2017, nous fêtons un « mois de Lovecraft » avec nos amis de Mnémos et ActuSF, avec 3 titres nouveaux dont le Cthulhu ! de Patrick Marcel, érudite et hilarante histoire secrète du monde considérée du point de vue lovecraftien.

Pour en savoir plus : http://www.moutons-electriques.fr/lovecraft-honneur

#cthulhu

Lisa Goldstein, une plume au parfum des Moutons électriques

Nous vous livrons régulièrement des « mots de l’éditeur » sur nos nouveautés, juste un petit texte à chaque fois afin de vous expliquer, de manière très personnelle, comme en confidence, l’origine d’un livre… Cette fois-ci, André-François Ruaud vous parle de Lisa Goldstein et de sa fantasy urbaine : Sombres cités souterraines

***

Il y a déjà un peu plus de 3 ans, j’ai déménagé, quittant Lyon pour Bordeaux. Après pas mal de mois en cartons entassés, parce que les rayonnages tardaient à arriver, et après être parvenu à tout réuni sur le même mur des romans (sans parler du fait d’avoir trié les colis supplémentaires récupérés à Lyon lors que nous avons fermé notre garage là-bas), me donna quelques perspectives et un peu de recul sur tout ce qui se trouvait accumulé là. Et d’avoir tant remué de bouquins me donna de grandes envies de relectures — pour le plaisir, bien sûr, mais aussi pour le boulot : il y avait déjà un moment que me titillait l’envie d’ajouter à notre catalogue de création francophone au moins un (ou une) auteur de langue anglaise ; un écrivain à traduire mais que nous pourrions « pousser » plus ou moins comme nous le faisons d’ordinaire avec nos plumes de langue française.

Je relus donc, et relus, et relus, et relus… De la fantasy, surtout, et un peu de science-fiction. Il y aurait-il un auteur encore non traduit qui puisse convenir au catalogue des Moutons électriques, à notre vision — hum non, le terme est trop prétentieux — disons au parfum, à la teinte que petit à petit nous essayons de dégager des romans que nous publions à la « Bibliothèque voltaïque » ?

Au fil de ces relectures, je constatai que certains des auteurs dont je conservais un souvenir tendre n’étaient finalement pas d’une trempe telle qu’il faille les traduire, selon moi; ou bien même, l’un me déçut profondément, tant je n’avais pas su voir lors de ma première lecture, dans le temps, le sous-texte très désagréablement réac de tel auteur. Oh, et puis je découvris que pas mal des autrices de fantasy que j’avais tant aimé suivre, grosso-modo cette génération née à la fin des années 1950 et éclose en fantasy à la fin des années 1980, avait mis fin à leur carrière. Mais enfin, tout de même, j’en revins à deux noms qui m’avaient toujours séduit plus que tous les autres, deux plumes majeures selon moi — l’une s’étant effectivement presque arrêtée d’écrire mais avec derrière elle une œuvre vaste ; et l’autre poursuivant encore sa carrière, qui même venait de publier coup sur coup deux superbes romans. Deux plumes plutôt spécialisées dans la « fantasy urbaine », un genre que je porte particulièrement dans mon cœur. La première de ces plumes présentait quelques problèmes éditoriaux possibles : le caractère de l’auteur, d’abord, la longueur assez excessive de la majorité de ses romans, et le moindre goût du traducteur (Patrick Marcel) pour son style lyrique.

Alors, il ne restait plus de doute : si nous pouvions en acquérir les droits, Lisa Goldstein s’imposait tout naturellement comme notre autrice américaine de choix, une voix assez méconnue mais solide, originale et de qualité au sein de la fantasy contemporaine. J’avais tout lu et relu de Lisa Goldstein, il n’y avait aucun doute pour moi : je tenais là ma « candidate » idéale à une introduction dans notre catalogue ovin… Mieux même, j’eus l’idée pour tenter de l’imposer en France (où elle avait déjà été un peu traduite, sans faire de vagues) de sortir trois romans en un an ! Un inédit en janvier 2017 (Sombres cités souterraines), une rééd en poche chez Hélios en octobre 2017 (Touristes, que nous renommerions Amaz), et un autre inédit en janvier ou février 2018 (Walking the Labyrinth). Oui mais bon, c’est bien gentil de rêver, mais les auteurs étrangers, leurs droits passent par des agents… Eh bien, petit miracle : j’expliquai à l’agent très franchement l’état du marché, notre plan, nos moyens… Et elle nous écouta ! Le premier est paru, lisez Lisa Goldstein, la découverte en vaut le détour ; et si vous êtes sages, sachez même qu’elle devrait venir aux Imaginales en 2018, eh oui.

André-François Ruaud

Pour en savoir plus : http://www.moutons-electriques.fr/sombres-cites-souterraines