Décembre 2014

En un mois festif comme décembre, il peut sembler surprenant que nous ne sortions pas de nouveautés — mais c’est une particularité de l’édition française, peu de maisons sortent des titres en décembre, période où les libraires sont vraiment trop occupés à vendre et à conseiller pour avoir le temps de mettre en place des nouveautés supplémentaires. Ah mais, pourtant, une tout de même chez les Moutons, mais elle est numérique : on parle actuellement beaucoup d’Agatha Christie et voici venir la version epub d’une bible incontournable, Hercule Poirot, une vie, la biographie du petit détective belge par Xavier Mauméjean & A.-F. Ruaud. Avec de vrais bouts de Noël dedans !

Notre meilleure vente cette année aura été Manesh de Stefan Platteau, une splendide fantasy lyrique et ample, immédiatement saluée par Jean-Philippe Jaworski et Justine Niogret, et qui a reçu beaucoup de presse. Avec ce nouvel auteur belge, il nous semble vraiment avoir découvert une nouvelle plume majeure, et si vous n’avez pas encore lu Manesh, n’hésitez pas, c’est un superbe voyage, à offrir et à vous offrir.

Au titre des ouvrages à conseiller en cette fin d’année, on pensera aussi et bien entendu à la somme incroyable réunie par Étienne Barillier & Raphaël Colson (avec l’aide d’Arthur Morgan) sur l’histoire et l’esthétique d’un genre devenu majeur : Tout le steampunk !. Un superbe pavé cartonné et toilé tout en couleur, bourré d’illustrations, tout tout tout sur le steampunk, des États-Unis au Japon en passant par la France ou l’Angleterre…

Enfin, toujours le steampunk avec Les Âmes envolées de Nicolas Le Breton : il s’agit de la dernière en date de nos fictions, et vous savez combien proposer de bonnes histoires est important pour nous. Un roman d’aventures dans la grande tradition populaire, qui est l’un de nos coups de cœur — Le Monde l’a récemment chroniqué avec jubilation, pour notre plus grande fierté. Ce livre existe également en format epub.

Novembre 2014

Heureuse est la maison d’édition qui bénéficie d’un auteur best-seller. Alors, en attendant rien moins que deux nouveautés l’an prochain de Jean-Philippe Jaworski (si, si : deux), voici revenir une fois de plus son presque déjà classique Gagner la guerre, réjouissant récit de complots et d’épées (mais pas de capes). Soucieux qu’il ne soit jamais absent de notre catalogue, nous le rééditons en version grand format souple afin que papa Noël n’en manque pas.

Réjouissant est également un qualificatif apte à décrire Les Âmes envolées, premier roman steampunk de Nicolas Le Breton, entre les pages duquel souffle l’esprit des pulps. Léger, rapide, un roman qui file sans vergogne depuis un Paris à la Robida jusqu’aux secrets d’une cité souterraine en plein Tibet. Nous adorons le steampunk, comme l’a déjà prouvé la sortie le mois dernier de la somme ultime signée Barillier & Colson, Tout le steampunk !, et nous voguons encore en dirigeable pour ce roman d’aventures dans la grande tradition populaire, qui est l’un de nos coups de cœur de cette fin d’année. Sortie papier et numérique simultanée.

L’autre coup de cœur, nous l’avons déjà évoqué le mois dernier, c’est bien entendu La Lisière de Bohême de Jacques Baudou. Un superbe texte sur la lecture, ses réminiscences mystérieuses et les fantômes qu’elle crée. Et il s’agit de l’un des plus beaux objets-livres que nous ayons jamais produits ! Toilé, sous jaquette en épais papier mat, avec gardes couleur, page de titre et têtes de chapitre illustrées, et motif courant dans tout le volume (par le graphiste Melchior Ascaride), nous avons vraiment voulu en faire un écrin exceptionnel, d’une qualité comme l’on en voit peu dans l’édition française. Mal placé en librairies, voilà pourtant un roman qui ne mérite vraiment pas de sombrer dans l’anonymat.

Le numérique ne cesse de se développer et il nous a semblé logique de proposer ainsi l’essai Futurs ? de Nicolas Nova, très remarqué par les médias et dont le tirage papier est entièrement placé en librairie. Interrogeant les nouveaux imaginaires du futur, un avenir qui n’est pas en panne, mais qui ne cesse « d’être mieux distribué »… Une réflexion passionnante et provocante, sur un sujet d’une actualité évidente.

Octobre 2014

En ces temps économiques particulièrement moroses, toute réussite peut surprendre — ainsi notre banquière s’est-elle étonnée la semaine dernière de notre taux de progression, de même qu’un responsable du CNL. Pourtant, la bonne santé d’une maison d’édition demeure forcément fragile et le moindre cahot sur la route peut s’avérer fâcheux. Des cahots sur lesquels nous ne communiquons pas, d’ordinaire, mais cette fois disons-le tout net: nous avons besoin de vous pour sauver un superbe roman. En effet, si les libraires soutiennent massivement certaines nouveautés, cela se fait parfois au détriment d’autres titres.  Cette mutation du monde de la distribution passe selon nous également par une restructuration des liens entre lecteurs et éditeurs, entre lecteurs et auteurs. C’est pourquoi nous faisons appel à vous pour défendre l’un de nos coup de cœur de la rentrée: La Lisère de Bohême, très beau premier roman de l’essayiste Jacques Baudou.

Le souvenir, tout à la fois vivace et diffus, d’une lecture d’enfance qui l’a profondément marquée conduit une jeune femme jusqu’à la maison forestière où un écrivain reconnu fait retraite. Mais leur rencontre, loin de mettre un terme à sa quête, va l’entraîner vers bien d’autres mystères. Un superbe texte sur la lecture, ses réminiscences mystérieuses et les fantômes qu’elle crée. Et il s’agit de l’un des plus beaux objets-livres que nous ayons jamais produit ! Toilé, sous jaquette en épais papier mat, avec gardes couleur, page de titre illustrée, tête de chapitres illustrées et motif courant dans tout le volume (par le graphiste Melchior Ascaride), nous avons vraiment voulu en faire un écrin exceptionnel, d’une qualité comme l’on en voit peu dans l’édition française. Et même pas cher, en plus: commandez-le, voilà un roman qui ne mérite vraiment pas de sombrer dans l’anonymat.

Octobre est d’ailleurs le mois des livres superlativement beaux, chez nous, car avec Tout le steampunk ! d’Étienne Barillier & Raphaël Colson (avec l’aide d’Arthur Morgan), nous avons également poussé l’attention très loin : couverture sur carton brut en coupe franche, reliure toilée, motif embossé dans le premier plat, jaquette couleur, pages entièrement en couleur avec une mise en page extrêmement travaillée… Nous avons voulu que cette véritable bible du steampunk, aux textes formidablement complets, soit d’une sophistication graphique non moins ultime.

Le Dico des créatures oubliées est le 4e et dernier volume de notre série de Dico féeriques, avec cette fois autour d’André-François Ruaud pléthore de collaborateurs et d’illustrateurs, pour une somme à la fois ludique et érudite. Et comme toujours, la qualité de présentation n’est pas en reste, avec le verso de couverture et quatre pages de gardes en couleur, sans parler de l’énorme travail iconographique de toute cette série.

Et puis, sur le front du numérique, nous venons de rééditer en format epub Lee Winters, shérif de l’étrange de Lon T. Williams, un titre « culte » de la Bibliothèque voltaïque, très étrange recueil de western fantastique tiré des pages d’un pulp tardif : les enquêtes d’un shérif du Far West sur quantité de créatures surnaturelles qui hantent les canyons proches de sa bourgade…

Septembre 2014

C’est la rentrée, c’est la rentrée ! Et en bons élèves, les Moutons électriques sont déjà prêts pour une fin d’année passionnante, avec rien moins que quatre nouveautés.

Septembre marque le retour à notre catalogue de l’un de nos titres phares : Hayao Miyazaki, cartographie d’un univers, dans sa version en couleur… mais complété d’encore 8 pages, où les deux auteurs couvrent l’ultime film du maître japonais.

En parallèle de Futurs? de Nicolas Nova, qui étudie les nouvelles pistes que notre imaginaire explore pour penser l’avenir (paru fin août), Alex Nikolavitch brosse le tableau dans Cosmonautes! de toute l’histoire d’un imaginaire, celui de l’exploration spatiale. La science-fiction est toujours là, même si elle se déploie désormais vers des horizons parfois inattendus, et nos essayistes continuent d’en scruter les lignes de force, les grands thèmes et les grandes figures — comme celle du cosmonaute, le conquérant de l’espace.

Le monde du crime et du polar fait également pleinement partie du spectre des genres couverts par les Moutons électriques depuis leurs débuts, avec la Bibliothèque rouge, et pour son 26e volume cette collection revient sur les traces du plus grand des mythes criminels : Jack l’Éventreur ! Jack l’Éventreur, les morts d’André-François Ruaud & Julien Bétan est le livre de référence idéal sur cette sombre affaire, ses tenants et ses aboutissants, et brosse le portrait halluciné de la Londres victorienne de l’East End. Jack l’Éventreur : des crimes réels mais un criminel fictif.

Nous proposons dans la collection de poche Hélios la traduction d’un roman inédit de Thomas Burnett Swann (1928-1976), le grand écrivain américain de fantasy mythologique, qui tisse avec Plus grands sont les héros un roman touchant et captivant sur la base d’éléments bibliques revus à la lumière enchantée du pouvoir des mythes. Par Patrick Marcel, le traducteur du Trône de fer.

Enfin, sur le front du numérique, deux rééditions de notre fonds arrivent : le « weird west » pulp de Lon T. Williams, Lee Winters shérif de l’étrange, et la superbe uchronie de Michel Pagel, Orages en terre de France.

Sur une note beaucoup plus triste, nous devons saluer l’une de nos fidèles, l’illustratice aixoise Michelle Bigot, qui vient de disparaître, le 25 août dernier, à l’âge de 85 ans.