Août 2020

Enfin ! Deux nouveautés imprimées depuis plusieurs mois mais retenues par les circonstances sanitaires vont enfin débouler dans les librairies, à la fin du mois. Joie, bonheur et rentrée en fanfare !

Et quelles nouveautés : il s’agit du nouveau roman d’Alex Nikolavitch, Les Canaux du Mitan, et comme les envois de services de presse ont été effectués, pas mal de chroniques sont déjà parues, qui toutes louanges la qualité et l’originalité puissante de cette fiction. Nikolavitch forge un nouvel univers, très neuf pour la fantasy : décors de grande plaine façon Far West (quelque part vers les films Sleepy Hollow et Dead Man), de canaux démesurés et de villes neuves (comme Boston ou New York au début du XXe siècle), le tout subtilement décalé, réinventé, sur fond de magies ancestrales. Tandis que l’ancien continent est déchiré par des guerres magiques, sur le nouveau continent tout reste à fonder de nouveau, y compris un nouvel équilibre magique. Un tel imaginaire, que l’on peut qualifier de « post-magique », c’est-à- dire situé après les grands conflits contre des méchants millénaires comme la fantasy classique en est emplie, commence à peine à se développer, c’est certainement le premier exemple du genre en francophonie.

L’autre nouveauté tant attendue, c’est Sunk, un « Bibliothèque dessinée » signé par le redoutable trio de Sabrina Calvo & Fabrice au texte et Arnaud Cremet aux illustrations. Un court roman de post-apo farfelu à l’humour corrosif et doux-amer, que nous proposons ici en texte corrigé, avec nouvelles illustrations et design entièrement revus, en bichro noir / bleu canard. Un livre « culte » qui faisait partie de nos premières parutions et qui se trouve ici entièrement réinventé / augmenté.

En poche Hélios, nous rééditons Sovok de Cédric Ferrand, également un titre majeur de notre catalogue : le portrait rétro-futuriste d’une Russie déglinguée et au bord d’une nouvelle révolution, considérée par le petit bout de la lorgnette d’une équipe d’urgentistes. Entre polar et SF, un beau roman au point de vue plus que jamais d’actualité.

Enfin, chez nos amis du Rayon Vert, le label de patrimoine à tirage limité, on se tourne vers un détective de l’étrange sans doute trop méconnu mais à la très longue carrière : Sosthène Cagouillard, par Christian Robin, dont sont réédités en deux pavés les introuvables quatre premiers volumes, en texte entièrement revus par l’auteur. Dans la Saintonge profonde, crimes et mystères s’accumulent, que le Sherlock Holmes local se fait fort d’élucider avec un flair imparable. Drôle, prenant et d’une belle intelligence, un cycle à découvrir.

Juillet 2020

Juillet et ses promesses de repos, de vacances, sera cette année la convalescence d’un rude printemps. Le monde du livre se remet tout doucement, et nous gardons l’espoir avec nos programmes de publication entièrement refondus.

En ce mois plus souriant sort donc enfin en librairie le dernier tome de la saga de Chloé Chevalier, les Récits du Demi-Loup : Clémente nous soit la pluie, qui était imprimé depuis plusieurs mois. Oui, le dernier : l’autrice a décidé de conter en un seul long roman ce qui devait faire l’objet d’encore deux tomes, et ainsi, cette série de fantasy pleine de fracas et de trahisons trouve sa conclusion.

Du côté des poches Hélios, deux étaient également imprimés qui sortent maintenant : le deuxième volet de la Source des tempêtes de Nathalie Dau, œuvre majeure de la fantasy francophone, et le somptueux Ordre du Labyrinthe de Lisa Goldstein (trad. P. Marcel), une fantasy urbaine californienne pleine de magie et de mystère.

Chez nos amis du label Rayon Vert, c’est la sortie d’un tome patrimonial, Le Pays sans étoiles et autres récits de Pierre Véry, réunissant en un pavé monumental l’ensemble des fictions fantastiques et science-fictives de ce grand auteur, avec pas mal d’inédits et beaucoup de raretés. Deux romans, deux recueils et d’autres nouvelles.

Enfin, chez Yellow Submarine, le fanzine increvable, parution d’un troisième Dossier Roland C. Wagner, qui contient la suite des archives de l’auteur : un long entretien inédit (par Richard Comballot), des témoignages, des tas d’inédits (débuts et chutes de romans), un article oublié et l’ensemble de ses chroniques pour Casus Belli.

Juin 2020

Les libraires ont rouvert leurs portes, et ils ont besoin de vous ! N’hésitez pas à défendre les librairies de votre quartier ou de votre ville, c’est la condition absolue pour une reprise du marché du livre. Et longuement et tristement confinées dans des cartons chez notre distributeur, MDS, une partie de nos nouveautés imprimées ces derniers mois débarque enfin en librairie !

On a tous dans nos bibliothèques de ces gros pavés dont le dos est devenu concave, ou même atrocement cassé et strié, parce qu’il n’a pas résisté à une lecture. Et faut-il parler de tous ces livres dont le texte plonge tellement au milieu qu’on a du mal à le lire sans briser l’ouvrage ? Ou de ces bouquins dont le texte traverse le papier, brûlant les yeux et bouffant la lecture ? Avec respectivement 912 et 960 pages, les deux volumes de l’intégrale complète et définitive de la saga fantastique La Comédie inhumaine de Michel Pagel, notre événement du déconfinement, risquaient de poser ce type de problèmes — mais non. Car notre chef de fabrication a spécifiquement trouvé les bonnes solutions : papier très souple tout en ayant une « main » suffisante pour être opaque, livre s’ouvrant largement sans peine, dos bien rigide avec colle ultra fine et ultra résistante, ne pouvant donc pas se briser. Parce qu’on les aime, nos livres !

Une autre pépite de cet auteur majeur des littératures de l’imaginaire arrive aussi : Orages en terre de France, chez Hélios. Une uchronie brutale et bouleversante dans une France ravagée par une Guerre de cent ans qui ne s’est jamais terminée. Un chef-d’œuvre de Michel Pagel à vite redécouvrir.

Et avec Le Chiffre de Cthulhu de l’auteur britannique Brian Stableford se fête avec décalage le traditionnel Mois de Lovecraft… avec une deuxième enquête inédite pour le grand détective Charles Auguste Dupin, emplie d’un imaginaire riche et tumultueux, d’une lecture terriblement jouissive — tremblez !

Par ailleurs, nos amis du Rayon Vert, le label de réédition à tirage limité du patrimoine de la littérature populaire, se déconfinent aussi : voici qu’arrivent donc Les Enquêtes de Blanche et Berthe par Jean-Pierre Ferrière, en deux volumes. Stars du polar français des années 1950, les sœurs Bodin reviennent, dans cette intégrale de leurs 7 comédies policières délicieusement « vintage » (plus des textes et documents inédits).

Mai 2020

Merci pour votre soutien durant le confinement : vous avez été nombreux à commander par correspondance. Bien qu’en zone rouge, notre chargé d’expéditions s’est lancé dans les préparations et les envois, et notre logisticien parisien aussi. Tout est maintenant en cours d’acheminement. Merci de votre compréhension et de votre patience.

En ces temps de grande incertitude, chaque décision est un pari qui engage l’avenir. Comme toutes les petites entreprises culturelles, nous subissons cette loi et tâchons de naviguer à vue. Pour le moment, les Moutons électriques paraissent rester solides financièrement parlant ; une situation qui peut toujours basculer, par exemple en cas de deuxième période de confinement, mais notre équipe s’efforce de contrôler ce qui peut l’être. Hauts les cœurs et toutes ces sortes de choses…

Nous avons bien entendu entièrement reconstruit notre programme de juin à décembre — en l’allégeant considérablement : deux annulations et beaucoup de reports de titres sur un ou deux ans. Nous sommes également en train de reconstruire notre programme 2021, avec une accélération de certains changements que nous voulions faire — on en discutera bientôt, promis. Eh oui, nous cogitons et nous rêvons : c’est plus que jamais nécessaire ! Votre soutien, chers lecteurs, est formidable. Ça fait chaud au cœur, ne le cachons pas. Et bien entendu il y a les libraires, qui ne vont plus trop tarder à rouvrir, dans des conditions encore passablement inconnues, nous pensons également beaucoup à eux.

Notre diffuseur-distributeur MD / MDS reprend ses activités. En priorité, vont être envoyés en librairie les livres déjà imprimés et qui étaient déjà préparés en cartons fin mars. Pour nous, cela signifie que vont donc enfin sortir, d’ici la fin mai : l’événement que nous avions prévu, à savoir le cycle de la Comédie inhumaine par Michel Pagel (huit romans et recueils + deux textes complémentaires jamais parus en librairie, le tout revu par l’auteur). Ce sont nos deux premiers « omnibus Voltaïque », et ils pèsent 960 et 912 pages respectivement, excusez du peu. Design graphique par Melchior Ascaride, bord des pages peint en noir. Aussi : Michel Pagel encore, cette fois en petit format : Orages en terre de France est réédité en poche Hélios. Une autre pépite de cet auteur majeur des littératures de l’imaginaire, une uchronie brutale et bouleversante dans une France ravagée par une Guerre de cent ans qui ne s’est jamais terminée. Et Le Chiffre de Cthulhu de Brian Stableford. Une deuxième enquête pour le grand détective Charles Auguste Dupin, emplie d’un imaginaire riche et tumultueux.