Bonnes fêtes

Mais que fait donc un éditeur, en cette période des fêtes ? Eh bien, croyez-moi, nous ne manquons guère d’occupations. Il y a 15 jours, en revenant de l’excellent salon de Sèvres, toujours aussi formidablement chaleureux et dense, notre équipe s’est réunie près de Metz pour ce qui devait être une semaine de « séminaire ».

Nous avons travaillé d’arrache-pied, d’autant que la grève nous obligea à abréger de moitié cette période de travail à trois — et si les sudistes Melchior et André-François rentrèrent chez eux en toussant, peu habitués qu’ils sont à la brutalité d’un froid comme il en règne dans l’Est, le boulot fut fructueux : dernier peaufinage du programme 2020 (avec surtout le remplacement d’un titre non encore fini par une réédition en Hélios du Espion de l’étrange de Serge Lehman, que nous avions prévu pour plus tard), début de mise en place du programme 2021 (ça avance vite), discussions sur les nouvelles collections et les grands projets, création d’un document interne en ligne regroupant nos différentes échéances, la liste de mises en page à faire, celle des couvertures et habillages graphiques, celle de la gestion des exemplaires à expédier aux différents stocks, bref tous les ordres de marche… Ah, et André a lu à haute voix pour ses petits camarades le début d’un nouveau projet de fantasy proposé par Nicolas Texier — une merveille !

Depuis, Mérédith a accepté un roman français qui devrait être un véritable choc (à sortir début 21), il a bouclé sa relecture de l’énorme tome final du Demi-Loup de Chloé Chevalier, qui part également morceau par morceau chez le correcteur, puis il s’est mis à la lecture du prochain Nicolas Texier, Opération Lorelei. Un Texier qui va avoir une grosse actualité : Folio-SF a décidé de lancer l’auteur en fanfare, avec un gros effort de mise en avant, et Audible vient juste d’acheter sa trilogie pour l’adapter en livres audio, comme ils l’ont déjà fait des Jaworski et Platteau.

Pour sa part, André a bouclé les corrections du Chant des Cavalières, le très beau premier roman de Jeanne Corrèze que l’on sort en février, et dont le relecteur, Samuel, nous a confié qu’il l’a adoré, nous remerciant de lui avoir « fait relire ce roman, splendide réécriture féminine et lesbienne du mythe arthurien, plein d’originalité. » Maintenant, André relit le prochain Alex Nikolavitch, Les Canaux du Mitan, une fantasy également très originale, située dans un monde sillonné de canaux, dans une ambiance proche de la Grande Dépression et des œuvres de John Steinbeck — c’est magique, littéralement, quand des auteurs renouvellent à ce point l’imagerie de la fantasy. Enfin, le contrat est signé pour un roman américain, nous en publions peu et c’est toujours un événement pour nous : The City Not Long After de Pat Murphy, superbe et étonnante fantasy urbaine transmuée en utopie, et ce sera Patrick Marcel qui le traduira.

Melchior trime sur les prochaines couvertures, bien sûr, mais bosse aussi sur le calage avec le chef de fab des créa ultra noires pour les deux pavés de Michel Pagel (La Comédie inhumaine). Polyvalent, il est allé présenter nos sorties de mars-avril pour la réunion des représentants de notre diffuseur (étant parisien, il était le seul à pouvoir braver l’absence de transports), a préparé des bons de commande et des « argumentaires », et il va « pimper » (c’est son expression !) les bandeaux de certaines sorties à venir.

Le métier d’éditeur, c’est aussi les chiffres : notre dernière souscription Ulule s’est achevée en beauté et nous sommes infiniment reconnaissants de ce soutien de nos lecteurs. Après toutes les difficultés liées à notre ancien diffuseur, nous respirons enfin et l’examen des chiffres de MDS, notre nouveau diffuseur, jour après jour, est un véritable bonheur, presque un étonnement.

Enfin, bonheur toujours, avec la livraison par l’imprimeur des premiers exemplaires de nos sorties de janvier : on pourrait croire qu’après 15 années, nous serions un peu blasés, n’est-ce pas ? Eh bien non,vraiment pas : recevoir l’ultime volume de la saga de Jean-Philippe Jaworski, je peux vous dire que ça remue, ça fait « quelque chose ». Et chaleur de l’émotion aussi devant les deux petits volumes de la « Bibliothèque dessinée » : le Désolation de Jaworski enluminé par Ascaride, d’un bel orange pétant, et le Frantz de Dominique Douay, traversé par le noir profond et le vert glacial de Sébastien Hayez ; ce sont deux « romans graphiques » que je trouve d’une beauté remarquable, l’un en fantasy, l’autre en pure SF, une sacrée fierté.

Bonnes fêtes !

Décembre 2019

Eh bien oui, les fêtes approchent à grands pas ! Et nous les célébrerons avec plus de sérénité car nous venons enfin d’obtenir la restitution de nos stocks par notre ancien diffuseur : libraires, vous pouvez commander, MDS a tous nos livres !

Pour fêter avec vous la fin d’une année tumultueuse, nous avons demandé à MDS de remettre en vente un de nos plus beaux romans, pensons-nous, quelque peu maltraité par notre précédent diffuseur : L’Épouse de bois de Terri Windling, d’après nous — osons le dire ! — l’un des chefs-d’œuvre de la fantasy contemporaine. Et nous ne sommes pas les seuls à le penser, puisque ce roman obtint le prix Mythopoeic, sorte de Nobel de la fantasy ! Nous le présentons dans un bel écrin, une édition collector au tirage limité à 1000 exemplaires, en reliure cartonnée demi-toilée, toujours sous la splendide couverture de Brian Froud qui l’a inspiré. Un incontournable.

Tout nouveau, superbe, est le beau livre Paranormal ! Une enquête aux frontières de l’inexpliqué de Philippe Tomblaine pour explorer le paranormal, depuis la mode du spiritisme jusqu’aux films fantastiques, en passant par les prestidigitateurs, le monstre du Loch Ness ou X-Files. De l’histoire du surnaturel à la culture geek, encore un beau panorama tout couleur en grand format carré. Les frontières de l’inconnu comme excitant fictionnel et esthétique !

Beau livre encore, c’est de saison : Conan ! De barbare à souverain de Simon Sanahujas. Un panorama complet de l’univers de Conan, largement illustré, érudit, mais orienté vers le grand public. En bonus, un carnet de voyage photographique au Texas, sur les traces de l’auteur et de son héros. Un livre sans pareil sur l’une des figures majeures de nos imaginaires et sur son créateur, Robert E. Howard.

Et puis un autre incontournable, qui en cette fin d’année a pris place auprès des rééditions de Hayao Miyazaki, nuances d’une œuvre (sous la direction de Victor Lopez, version très légèrement retouchée), et du non moins beau volume qu’est Japon ! Panorama de l’imaginaire japonais de Julie Proust Tanguy (version souple) : Le Dico féerique intégrale, retour à notre catalogue d’un de nos « long sellers », dans une version grand format, très illustrée, avec de nouveaux textes et une impression sépia à l’effet superbe.

Deux disparitions

Pour marquer le coup et parce que nous sommes tristes, notons que deux dessinateurs que nous admirions énormément viennent de disparaître ces derniers jours : Gahan Wilson, dont nous avions publié un portfolio dans le tome 2 du livre-revue Fiction ; et Howard Cruse, qui nous avait autorisé à reprendre un de ses cartoons dans un volume sur Alan Moore. Salut les artistes et merci à vous.

Les Rencontres de Sèvres

C’est samedi ! Le point d’orgue de l’année d’imaginaire, un véritable « arbre de Noël » des littératures de l’imaginaire, avec conférences, expositions et… énormément d’auteurs en dédicace ! Ainsi par exemple Christian Léourier, Olav Koulikov, Nicolas Texier, Alex Nikolavitch, Brice Tarvel, Francis Saint-Martin, Christine Luce, Melchior Ascaride, Nelly Chadour, Jean-Philippe Depotte, Cat Merry Lishi, Xavier Mauméjean, Estelle Faye, Nicolas Le Breton, Robert Darvel, André-François Ruaud… Allez venez, c’est juste à côté de Paris.