Juin 2019

Et voilà, juin est déjà là ! Le temps file vite lorsque l’on a plein de livres à lire… Un mois de juin sous le signe du poche, cette fois : trois Hélios!

Juste primé par un prix Imaginales pour ses Femmes d’argile et d’osier, Robert Darvel ne quitte pas l’actualité, avec la réédition en Hélios de son épopée savanturière L’Homme qui traversa la Terre, dont les Inrocks dirent que « ce roman d’amour et de vengeance dépeint des personnages hauts en couleur, prenant vie grâce à un vocable riche et réjouissant en parfaite adéquation avec cette évocation de genre. » Une œuvre frappante et originale, dans la sidération (le « sense of wonder » anglo-saxon).

Le Club de Michel Pagel fut fort remarqué lors de sa première sortie, gageons qu’il ne passera pas non plus inaperçu en Hélios : c’est que cette relecture en thriller horrifique de certaines figures de notre imaginaire d’enfance en a secoué plus d’un !

Jamais réédité en volume simple depuis sa sortie d’origine en 1989, Le Paysage déchiré est une étape importante dans l’imaginaire de Roland C. Wagner, un road trip halluciné en plein psycataclysme… Un jalon à redécouvrir d’urgence, par un auteur majeur.

Nous développons aussi une collection, le Rayon vert, qui par la grâce du « print on demand » nous fait une « ligne » qui ne risque pas de faire de l’ombre aux libraires ni aux diffuseurs, tout en nous apportant un petit ruisseau de vente par correspondance, très faible mais que l’on peut espérer être régulier, sur pas mal d’années. Pas un modèle économique viable en soi, étant donnée la masse considérable de boulot que cela exige, mais une satisfaction malgré tout pour notre âme d’amateurs de littérature populaire et de boulimiques de bouquins. Ainsi donc, après les trois volumes de Renée Dunan, voici l’énorme pavé de polars de Léon Groc, Six mystères, puis très bientôt une réédition brochée de Un mois sous les mers de Tancrède Vallerey (1933) et le premier volume de l’intégrale des Teddy Verano, le détective des fantômes de Maurice Limat (1936-1942). Ce que nous souhaitons ainsi explorer, c’est du roman populaire vraiment oublié et jamais réédité du tout, de la rareté véritable : des exclusivités et de l’introuvable, en micro-tirage.

Le Rayon vert

Ces mois-ci, nous sommes à fond dans la littérature populaire : les Moutons électriques développent une collection un peu à part, le « Rayon vert », qui par la grâce du « print on demand », trouve enfin à rebondir de manière un peu pérenne. Ainsi, cela nous fait une « ligne » qui ne risque pas de faire de l’ombre aux libraires ni aux diffuseurs, tout en nous apportant un petit ruisseau de vente par correspondance, très faible mais que l’on peut espérer être régulier, sur pas mal d’années. Pas un modèle économique viable en soi, étant donnée la masse considérable de boulot que cela exige, mais une satisfaction malgré tout pour notre âme d’amateurs de littérature populaire et de boulimiques de bouquins. Ainsi avons-nous reçu il y a quelques jours l’énorme pavé de polars de Léon Groc, Six mystères, et avons-nous placés chez l’imprimeur deux titres hier soir, une réédition brochée de Un mois sous les mers de Tancrède Vallerey (1933) et le premier volume de l’intégrale des Teddy Verano, le détective des fantômes de Maurice Limat (1936-1942). Tandis que l’on avance sur le deuxième volume — c’est une tâche lente car OCRiser puis corriger des textes provenant de vieux fascicules un peu effacés ou baveux, piquetés et souvent, hélas, mal scannés (ombre centrale du pli), n’est vraiment pas chose aisée. Ça ira mieux lorsque nous arriverons aux volumes non plus de fascicules mais de romans, qui eux sont déjà presque prêts.

Retour d’Imaginales

Hélas, nous ne sommes pas sûrs que certains de nos collaborateurs vont se remettre de sitôt des dernières Imaginales — voyez ces pauvres Mathieu Rivero et Melchior Ascaride dans quel état ça les a mis… Ah, c’est pas dans un salon de littérature sérieuse que ça arriverait !