Japon ! par Julie Proust Tanguy

Début mai, nous lançons un nouveau financement participatif, un projet un peu fou comme nous seuls (et nos amis du collectif Les Indés de l’Imaginaire​) en avons le secret. Imaginez : un beau livre en grand format, comparable au « Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux », mais qui évoquerait cette fois l’incroyable et florissante culture de l’imaginaire japonais…

En attendant, pour justement faire travailler votre imagination, Julie Proust Tanguy, l’autrice, vous raconte sa passion… Aujourd’hui, elle évoque l’origine de son amour pour le Japon

***

À l’origine de chacun de mes essais, il y a une passion qui me poursuit depuis l’enfance. Pirates! et Sorcières! proviennent de mes jeux enfantins et de ma tendresse précoce pour les marginaux, les exclus de l’Histoire officielle.
Mon Antiquité Romaine est le reflet d’un de mes bonheurs quotidiens, transmettre les joies du latin et de la civilisation romaine à mes élèves (je fais en effet partie de cette belle espèce en voie d’extinction, les professeurs de lettres classiques).
Et le Japon, me direz-vous ? Là encore, la fascination remonte à l’enfance… et aux douces heures passées, dans les années 80-90, à rêver de cosmo-énergie, d’Arcadia, de prisme lunaire, de boules de cristal, de mechas et de cyborgs-fillettes, de sources magiques qui me permettraient de réaliser un de mes plus grands rêves (me transformer en panda) et d’ombres qui filent dans la nuit (c’est un assassin qui s’enfuit)…
À ces amours enfantines se sont rajoutés, ado, une véritable passion pour la poésie incomprise des kaiju eiga, la découverte simultanée de deux cinéastes aux univers contrastants mais curieusement complémentaires (Kitano et Kurosawa) et d’auteurs singuliers, qui chahutaient ma vision de la beauté et du roman (Kawabata, notamment), la redécouverte de Miyazaki dont j’avais vu et osé oublier le Porco Rosso…
Je pourrais énumérer longuement ces multiples rencontres qui ont ponctué mon parcours nippophile, mais ce serait déjà écrire, sur un modeste écran de téléphone, ce qui en est l’aboutissement: l’envie profonde de transformer ces fascinations en livre. Le besoin de transcrire mon Japon, si j’ose dire, et de le donner à voir, à travers mes photographies, à ceux qui n’ont pas encore eu la chance de pouvoir s’offrir des billets d’avion vers le pays de leur cœur et à ceux qui, l’ayant vu, sont comme moi éternellement nostalgiques, désireux de retourner là bas, pour comprendre, encore et toujours plus, leur fascination.

Julie Proust Tanguy

Lisa Goldstein, une plume au parfum des Moutons électriques

Nous vous livrons régulièrement des « mots de l’éditeur » sur nos nouveautés, juste un petit texte à chaque fois afin de vous expliquer, de manière très personnelle, comme en confidence, l’origine d’un livre… Cette fois-ci, André-François Ruaud vous parle de Lisa Goldstein et de sa fantasy urbaine : Sombres cités souterraines

***

Il y a déjà un peu plus de 3 ans, j’ai déménagé, quittant Lyon pour Bordeaux. Après pas mal de mois en cartons entassés, parce que les rayonnages tardaient à arriver, et après être parvenu à tout réuni sur le même mur des romans (sans parler du fait d’avoir trié les colis supplémentaires récupérés à Lyon lors que nous avons fermé notre garage là-bas), me donna quelques perspectives et un peu de recul sur tout ce qui se trouvait accumulé là. Et d’avoir tant remué de bouquins me donna de grandes envies de relectures — pour le plaisir, bien sûr, mais aussi pour le boulot : il y avait déjà un moment que me titillait l’envie d’ajouter à notre catalogue de création francophone au moins un (ou une) auteur de langue anglaise ; un écrivain à traduire mais que nous pourrions « pousser » plus ou moins comme nous le faisons d’ordinaire avec nos plumes de langue française.

Je relus donc, et relus, et relus, et relus… De la fantasy, surtout, et un peu de science-fiction. Il y aurait-il un auteur encore non traduit qui puisse convenir au catalogue des Moutons électriques, à notre vision — hum non, le terme est trop prétentieux — disons au parfum, à la teinte que petit à petit nous essayons de dégager des romans que nous publions à la « Bibliothèque voltaïque » ?

Au fil de ces relectures, je constatai que certains des auteurs dont je conservais un souvenir tendre n’étaient finalement pas d’une trempe telle qu’il faille les traduire, selon moi; ou bien même, l’un me déçut profondément, tant je n’avais pas su voir lors de ma première lecture, dans le temps, le sous-texte très désagréablement réac de tel auteur. Oh, et puis je découvris que pas mal des autrices de fantasy que j’avais tant aimé suivre, grosso-modo cette génération née à la fin des années 1950 et éclose en fantasy à la fin des années 1980, avait mis fin à leur carrière. Mais enfin, tout de même, j’en revins à deux noms qui m’avaient toujours séduit plus que tous les autres, deux plumes majeures selon moi — l’une s’étant effectivement presque arrêtée d’écrire mais avec derrière elle une œuvre vaste ; et l’autre poursuivant encore sa carrière, qui même venait de publier coup sur coup deux superbes romans. Deux plumes plutôt spécialisées dans la « fantasy urbaine », un genre que je porte particulièrement dans mon cœur. La première de ces plumes présentait quelques problèmes éditoriaux possibles : le caractère de l’auteur, d’abord, la longueur assez excessive de la majorité de ses romans, et le moindre goût du traducteur (Patrick Marcel) pour son style lyrique.

Alors, il ne restait plus de doute : si nous pouvions en acquérir les droits, Lisa Goldstein s’imposait tout naturellement comme notre autrice américaine de choix, une voix assez méconnue mais solide, originale et de qualité au sein de la fantasy contemporaine. J’avais tout lu et relu de Lisa Goldstein, il n’y avait aucun doute pour moi : je tenais là ma « candidate » idéale à une introduction dans notre catalogue ovin… Mieux même, j’eus l’idée pour tenter de l’imposer en France (où elle avait déjà été un peu traduite, sans faire de vagues) de sortir trois romans en un an ! Un inédit en janvier 2017 (Sombres cités souterraines), une rééd en poche chez Hélios en octobre 2017 (Touristes, que nous renommerions Amaz), et un autre inédit en janvier ou février 2018 (Walking the Labyrinth). Oui mais bon, c’est bien gentil de rêver, mais les auteurs étrangers, leurs droits passent par des agents… Eh bien, petit miracle : j’expliquai à l’agent très franchement l’état du marché, notre plan, nos moyens… Et elle nous écouta ! Le premier est paru, lisez Lisa Goldstein, la découverte en vaut le détour ; et si vous êtes sages, sachez même qu’elle devrait venir aux Imaginales en 2018, eh oui.

André-François Ruaud

Pour en savoir plus : http://www.moutons-electriques.fr/sombres-cites-souterraines

Mars 2017

Alors que le soleil revient enfin, c’est le mois des ombres qui s’étend sur nos parutions… (insérer ici un long rire sournois)

Eh oui, les ombres de mars commencent avec un retour à la magie bleue de Nathalie Dau: Bois d’Ombre, deuxième volet du Livre de l’Énigme. Son premier tome, « Source des tempêtes », a été remarquablement bien reçu et nous ne doutons pas que ses nombreux lecteurs auront à cœur de se précipiter sur cette suite, entièrement inédite et ô combien captivante. Ce deuxième tome constitue une sorte de Harry Potter noir et brutal, où les années d’étude du jeune Ceredawn dans une école de magie se déroulent sur fond de complots et de coups de fouet. Un roman marqué par des sentiments intenses, c’est ce qui donne à cette série son âme : les émotions.

De toutes autres ombres s’allongent dans Cthulhu ! de Patrick Marcel, qui s’amuse à tisser ensemble tous les fils des mythes lovecraftiens, des théories du complot et de la littérature fantastique. Faussement sérieux, il brasse  tout cet imaginaire comme s’il s’agissait d’événements réels et retrace à l’aide de quantité d’éléments une sorte de réalité différente — lovecraftienne ! Et puis, comme nous sommes un peu fous, tous les exemplaires qui seront commandés durant mars seront signés par leur auteur — oooh !

Du côté du label jeunesse Naos, nous venons de sortir notre deuxième titre « jeune adulte »: Enfant du Chaos d’Éva Simonin, une nouvelle autrice, qui ouvre les portes d’un univers baroque et original, mêlant superbement sense of wonder et magie ! Depuis la mort du dieu de l’Équilibre, le chaos grandit. Que pourront les Veilleurs ?

Et sur le front du numérique, nous avons le bonheur de rééditer plusieurs titres de Michel Pagel : l’un de ses chef-d’œuvre, L’Équilibre des paradoxes, mais aussi quatre romans moins connus, hommages à l’esprit de Fantômas et des « pulps », qu’il signa du pseudonyme de Pierre-Alexis Orloff : la série Panthéra, où Michel Pagel a renoué avec ses amours pour la littérature populaire, tout en conservant une inspiration proche de son cycle fantastique de la Comédie inhumaine.

Revue de presse, « Kallocaïne ».

Kalloca

« Si Kallocaïne ne suscite que peu de réactions chez les néophytes, les érudits auront immédiatement reconnu l’une des quatre plus importantes contre-utopies du XXe siècle. […] Pourtant, le roman de Karin Boye fait un peu figure d’oublié dans nos contrées. Espérons que la nouvelle traduction de Leo Dhayer, plus conforme à l’original, lui redonne sa juste place aux côtés de ses pairs. […] Plus de soixante-dix ans plus tard, Kallocaïne garde intacte sa puissance d’évocation et son potentiel anxiogène. Plus que jamais d’actualité, a fortiori à l’époque où l’arme psychologique a rejoint l’arsenal militaire, le roman de Karin Boye apparaît comme le chaînon manquant entre Nous Autres de Zamiatine et 1984 de George Orwell. » (Yossarian, Sous les galets, la page…)

« Le personnage central, Leo Kall, est convaincu du bienfondé de cet état omniprésent et n’aura de cesse de mettre en avant ses compétences de chimiste pour permettre d’anticiper encore plus les risques d’atteinte à l’intégrité de l’état. Dans ce monde où la guerre avec le voisin semble déclarée même si personne ne connaît ce voisin, la  découverte de la molécule de Kallocaine va entraîner le chercheur sur une pente glissante, le faisant réfléchir à sa position et à sa relation avec les autres, fondée en permanence sur la peur d’être dénoncé. C’est aussi une façon de montrer une société totalitaire, soumettant sa population par la peur, la peur qui permet de faire faire les pires choses aux populations. » (Allan, Fantastinet.com)

« Là où l’écrivaine prouve qu’elle a tout compris au système totalitaire, c’est lorsqu’elle pousse le jeu tellement loin qu’elle révèle que la paranoïa de ce régime causera sa perte. Même sans ennemi, même sans menace concrète, l’avènement de la Kallocaïne et l’inclinaison à passer tout le monde à la question prouve que le monstre finira par se bouffer lui-même. Que la chose est insupportable en fin de compte. Et puis, à côté, il y a Rissen. Il reste des hommes qui gardent toujours une flamme au fond d’eux, qui s’attise avec le temps, avec les horreurs et qui finiront par résister. En soi, le simple fait d’exister en tant qu’être humain sensible devient un acte de résistance. Le roman donne pourtant des frissons. Il prévoit déjà l’avènement des caméras de sécurité et des microphones, les glisse partout, jusque dans la chambre conjugale, il dénature l’amour et l’acte de concevoir des enfants, il montre comment contrôler jusqu’aux faits les plus intimes qui soient. Kallocaïne est un roman violent, au final, une histoire d’une extrême violence, moralement et psychologiquement. L’utilitarisme de cette société où tout doit être fait pour le bien-commun devient une absolue horreur. L’être n’existe plus, il doit s’effacer, disparaître derrière des considérations plus grandes. Comme englouti par une bête immonde. Cette œuvre visionnaire bouleverse. Elle prend aux tripes quand on s’y attend le moins tout en montrant par le menu la privation d’humanité qu’induit le régime totalitaire quel qu’il soit. En choisissant de miser sur l’intime et la psychologie plutôt qu’une critique sociétale froide et rigide, Karin Boye dépasse toutes les espérances. Kallocaïne terrifie. Mais de façon tout à fait essentielle. » (Nicolas Winter, Just a word)

« Voilà l’illustration romanesque qui manquait au Léviathan de Hobbes. Nous ne savons pas où ni quand cela se passe, mais qu’importe car cela est universel. […] Les premières pages m’ont scotchée par leur intensité signifiante et la suite ne m’a pas déçue : chaque personnage, chaque signe est à sa place et la simplicité apparente de ce roman en fait aussi la force. Génial : l’auteur est une digne héritière d’Huxley, Zamiatine, Orwell, avec un coup de plume parfait tant il est au service de l’histoire : fond et forme indissociables. De la littérature, quoi. » (Mathilde Le Guay, librairie Decitre Lyon Part-Dieu)

« Il faut découvrir ce chef-d’œuvre méconnu de la littérature mondiale. Jusque-là, sur SyFantasy, aucun livre ne m’avait semblé aussi nécessaire à faire connaître, à partager. Kallocaïne mérite de sortir de l’ombre, car même s’il a été publié en 1940, il continue d’éclairer notre époque avec sa lumière crue. Kallocaïne est comme 1984 ou Le Meilleur des Mondes, une dystopie qu’il est nécessaire de lire et de relire pour réfléchir sur l’état de notre société et ses dérives. Un indispensable. » (David, Syfantasy.fr)

« Je serais tenté d’écrire que, si le but de George Orwell, dans 1984, était de dénoncer les procédés du totalitarisme qui font perdre à l’homme son humanité, celui de Karin Boye, dans Kallocaïne, était de démonter le totalitarisme pour prouver l’humanité de l’homme : le diptyque n’est-il pas parfait ? » (Joseph Altairac, Actusf.com)