Car les temps changent

Jusqu’au 31 de ce mois de juillet, nous proposons aux lecteurs de nous soutenir grâce à une souscription pour nos beaux-livres de fin d’année, avec l’avantage d’un prix préférentiel. Mais pour quelle raison, vous demanderez-vous ? Eh bien, la souscription est une pratique fort ancienne en édition, laquelle consiste à anticiper la vente de tel ou tel ouvrage un peu coûteux à fabriquer, afin d’obtenir une avance de trésorerie pour aider à le réaliser. Mais pourquoi encore, nous direz-vous ? Eh bien, comme nous l’avons déjà expliqué, mais il est bon d’en parler de nouveau et de le faire largement savoir, nous allons quitter le diffuseur-distributeur Harmonia Mundi Livre et rejoindre au 1er octobre le diffuseur-distributeur Media Diffusion / MDS.

Un tel changement est extrêmement important, essentiel pour redévelopper notre activité et accroître notre visibilité. Entrer chez MDS constitue un palier notable, qui nous permet de lancer de nouveaux projets et d’autres que nous tenions sous le boisseau faute d’ampleur de diffusion. Cette transition et une telle promesse de vitalité créative sont très coûteuses, certes, mais nous avons toutes les raisons de nous engager avec confiance, et vos soutiens nécessaires consolideront nos nouvelles bases.

Vous observerez ce redémarrage dès cette fin d’année, dans les beaux livres de notre souscription : les nouveaux « Miroirs » couleur sur Conan, le Paranormal, le Dico féerique intégrale, plus le Miyazaki et le Japon réédités, le petit London Noir et un nouveau roman de Brice Tarvel, mais aussi de nouveaux « Hélios Essentiels » (par Ayerdhal et Jaworski). Encore au-delà, tout un programme charnu s’annonce pour l’année prochaine : outre l’événement du dernier tome de la saga « Rois du monde  » de Jaworski, qui se profile pour janvier, il y aura également le lancement officiel de notre collection de romans graphiques, la « Bibliothèque dessinée  » (avec des nouveautés par Douay & Hayez et par Jaworski & Ascaride, en attendant le nouveau Bétan, ou une réinvention du Sunk de Calvo, Colin & Cremet)  ; une «  pépite  » de février par une nouvelle jeune autrice qui nous enthousiasme énormément  ; une surprise de la Saint-Valentin ; des tas d’Hélios, par Luce, Pagel, Dau, Goldstein, Geha, Darvel, Panshin, Wagner, Ferrand, etc. ; un nouveau Brian Stableford,  Le Chiffre de Cthulhu  ; le troisième Nicolas Texier  ; le quatrième Chloé Chevalier  ; un nouveau Nikolavitch, dans les canaux martiens  ; un nouveau Nelly Chadour  ; et encore plusieurs beaux livres franchement renversants, dont la conception nous excite considérablement dès à présent…

Haut les cœurs et vive l’avenir : plus que jamais, les Moutons électriques vont de l’avant et débordent de projets — aidez-nous à financer ce futur  !

Juin 2019

Et voilà, juin est déjà là ! Le temps file vite lorsque l’on a plein de livres à lire… Un mois de juin sous le signe du poche, cette fois : trois Hélios!

Juste primé par un prix Imaginales pour ses Femmes d’argile et d’osier, Robert Darvel ne quitte pas l’actualité, avec la réédition en Hélios de son épopée savanturière L’Homme qui traversa la Terre, dont les Inrocks dirent que « ce roman d’amour et de vengeance dépeint des personnages hauts en couleur, prenant vie grâce à un vocable riche et réjouissant en parfaite adéquation avec cette évocation de genre. » Une œuvre frappante et originale, dans la sidération (le « sense of wonder » anglo-saxon).

Le Club de Michel Pagel fut fort remarqué lors de sa première sortie, gageons qu’il ne passera pas non plus inaperçu en Hélios : c’est que cette relecture en thriller horrifique de certaines figures de notre imaginaire d’enfance en a secoué plus d’un !

Jamais réédité en volume simple depuis sa sortie d’origine en 1989, Le Paysage déchiré est une étape importante dans l’imaginaire de Roland C. Wagner, un road trip halluciné en plein psycataclysme… Un jalon à redécouvrir d’urgence, par un auteur majeur.

Nous développons aussi une collection, le Rayon vert, qui par la grâce du « print on demand » nous fait une « ligne » qui ne risque pas de faire de l’ombre aux libraires ni aux diffuseurs, tout en nous apportant un petit ruisseau de vente par correspondance, très faible mais que l’on peut espérer être régulier, sur pas mal d’années. Pas un modèle économique viable en soi, étant donnée la masse considérable de boulot que cela exige, mais une satisfaction malgré tout pour notre âme d’amateurs de littérature populaire et de boulimiques de bouquins. Ainsi donc, après les trois volumes de Renée Dunan, voici l’énorme pavé de polars de Léon Groc, Six mystères, puis très bientôt une réédition brochée de Un mois sous les mers de Tancrède Vallerey (1933) et le premier volume de l’intégrale des Teddy Verano, le détective des fantômes de Maurice Limat (1936-1942). Ce que nous souhaitons ainsi explorer, c’est du roman populaire vraiment oublié et jamais réédité du tout, de la rareté véritable : des exclusivités et de l’introuvable, en micro-tirage.

Mai 2019

Au mois de mai, faisons ce qui nous plaît : lire ! Un mois particulièrement placé sous le signe des Imaginales, le grand salon de fantasy d’Épinal, dans les Vosges.

Ainsi avions-nous reçu l’an dernier un prix Imaginales, pour le roman graphique Tout au milieu du monde, par Julien Bétan, Mathieu Rivero & Melchior Ascaride. Eh bien, le « trio infernal » récidive, avec le non moins superbe Ce qui vient la nuit, deuxième volume de cette bibliothèque dessinée que nous commençons à construire : de courts romans où texte et graphisme se fondent intimement, les deux participant à la narration complète du récit.

Prix Imaginales toujours : nous avions reçu l’an passé, également, le prix de la meilleure traduction pour une œuvre de Lisa Goldstein, Sombres cités souterraines. Traduit par Patrick Marcel, ce très beau roman de fantasy urbaine poursuit donc sa vie avec une réédition en format de poche, sous le label Hélios.

Et prix Imaginales encore : celui de cette année vient juste d’être annoncé, et le meilleur roman francophone est Femmes d’argile et d’osier de Robert Darvel, une belle récompense pour un texte d’exception ! Fiers et heureux nous sommes, disons-le.

Hélios aussi : le retour d’un grand roman de SF étrangement non réédité depuis 1979, La planète inquiète. Son auteur, Christian Léourier, ne cesse plus d’être célébré comme une voix majeure de l’imaginaire, et il le prouve une fois encore dans ce « planet opera » superbement dramatique, dont il a entièrement revu le texte.

Sur le front de notre collection patrimoniale de littérature populaire, le « Rayon vert », nous vous annoncions le mois dernier le lancement d’une réédition de neuf romans de Renée Dunan, Mystère, Aventures, Police, en trois gros volumes (avec préface, biblio et d’autres textes rares), réalisés grâce aux recherches de Fabrice Mundzik. Formidable et trop oubliée Renée Dunan, à la plume splendide et au sens du suspense imparable. Eh bien voilà, les trois sont disponibles, toujours en tirage limité.

Celtes !

Se trouvant en pleine mutation (restructuration du catalogue, changement de diffuseurs en octobre, etc.), les Moutons électriques ont pris la décision de monter d’un cran leur ambition en matière d’essais sur la pop culture : plutôt que de continuer notre « bibliothèque des Miroirs » classique (c’est-à-dire en petit format, noir et blanc), qui a déjà eu de beaux jours, nous avons commencé à développer une collection de beaux livres tout en couleur, en grand format ou en format carré, et même certains en petit format semi-poche ; toute une gamme de beaux livres.

Ce type d’ouvrage demande des enveloppes budgétaires importantes, et si dans la majorité des cas c’est accessible à une petite maison indépendante comme la nôtre (voir Hayao Miyazaki, nuances d’une œuvre dirigé par Victor Lopez ou nos prochaines parutions de fin d’année : Le Dico féerique intégrale dirigé par AF Ruaud, Paranormal ! de Philippe Tomblaine et Conan ! de Simon Sanahujas, tous à sortir fin 2019, en plus de la réédition souple de Japon !), dans certains cas le projet est d’une telle ampleur, tellement ambitieux et coûteux, que pour le lancer nous avons besoin de l’appui d’un financement participatif — besoin de vous, lecteurs, afin de nous aider à aller vraiment plus haut, plus loin.

Ça a été le cas avec l’édition reliée du Panorama illustrée de la fantasy & du merveilleux et avec Japon ! de Julie Proust Tanguy, deux beaux livres qui allèrent bien au-delà de ce que nous osions espérer.

Tout cela pour dire que nous lançons donc un nouveau financement participatif (un « crowdfunding »), pour un troisième panorama, cette fois sur l’imaginaire celtique… Et c’est ici : https://fr.ulule.com/celtes/

Avec Celtes ! Panorama de l’imaginaire celtique, volume placé sous la direction de Sara Doke,nous souhaitons réaliser l’essai ultime sur l’influence du folklore celte sur notre imaginaire, le graal littéraire de la mythologie arthurienne.